La philosophie de la couleur dans l’architecture et le design – Le gris (Tout sur l’échelle des gris) – Partie III

Pour cette dernière partie de notre triptyque sur la couleur grise, nous nous intéressons à la palette des gris. La palette ou échelle des gris réunit toute la gamme de nuances monochromes (en l’occurrence de gris – rappelons qu’une teinte est une couleur à laquelle on ajoute du blanc, un ton une couleur à laquelle on ajoute du gris et une nuance une couleur à laquelle on ajoute du noir). Les valeurs de la palette des gris vont du blanc pur – à l’extrémité la plus claire du spectre des couleurs, équivalant à une valeur 10 – au noir le plus pur – à l’autre extrémité du spectre, correspondant à une valeur 1. Toutes les déclinaisons allant de 2 à 9 sont différentes nuances de gris, chacune unique en son genre. La palette des gris contient uniquement des informations relatives à la luminosité, puisqu’aucune couleur n’est présente.

Si l’on se penche sur la Polychromie Architecturale de Le Corbusier, sur le point précis de l’échelle standard des valeurs de gris, les gris de Le Corbusier devraient de toute évidence être ordonnés de la manière suivante :

Valeur 1 :        4320E Noir d’ivoire

Valeur 2 :        32010 Gris Foncé 31

Valeur 3:         4320U Gris Foncé 59

Valeur 4:         4320H Gris 59

Valeur 5:         32011 Gris 31

Valeur 6:         43200 Gris Clair 59

Valeur 7:         32012 Gris Moyen

Valeur 8:         32013 Gris Clair 31

Valeur 9:         4320B Blanc Ivoire

En photographie numérique, une image en niveaux de gris est une image au sein de laquelle la valeur de chaque pixel est un échantillon unique représentant exclusivement une quantité de lumière donée ; c'est-à-dire qu'il contient exclusivement des informations relatives à l'intensité, composées uniquement de nuances de gris. Le contraste va du noir de l'intensité la plus faible à la plus forte intensité de blanc. - Wikipédia

Vous vous souvenez de la maladie redoutable qui sévit dans Game of Thrones et à laquelle est donné le nom de « greyscale » (« échelle des gris » en français) ? Une sorte de lèpre à l’issue forcément mortelle, qui nécrose les chairs et les rigidifie, jusqu’à les faire mourir et à rendre leur toucher semblable à celui de la pierre. Une fois n’est pas coutume, le gris a été ici plongé dans des connotations hautement négatives, celle d’une défiguration irréversible et difficile à supporter. Cette maladie proche de la lèpre entraîne aussi une stigmatisation et, de fait, la couleur grise semble elle aussi être rattachée à des connotations bien plus souvent négatives que positives. Les individus recourent souvent au gris pour dissimuler leur véritable personnalité – convaincus que le gris est un terrain neutre, rassurant et sans risques. Mais, en introduisant des couleurs plus claires au premier plan, le gris révèle tout son potentiel. Cela apparaît très clairement dans l’ambiance Velours.

Le gris peut parfois être utilisé pour désigner une chose qui ne correspond à rien en particulier – qui n’est ni une chose ni une autre, au bout du compte : ce que l’on montre, ce n’est rien d’autre qu’une zone grise, un endroit qui signale une possible indécision. Il est aussi intéressant de noter que les cheveux gris apparaissent en règle générale avec l’âge, au même moment que la sagesse. Et voici que les représentants de la génération Z se mettent à se teindre les cheveux en gris : veulent-ils donner l’impression qu’ils portent eux aussi en eux une certaine forme de sagesse ou s’agit-il tout simplement d’un effet de mode ? Tout comme la Polychromie Architecturale de Le Corbusier, le gris est une couleur qui ne passe pas de mode, toujours en vogue, traversant les époques sans jamais en pâtir.

L’utilisation de teintes de gris complémentaires au sein d’un même espace est un moyen de créer de la profondeur et du mystère, mais l’utilisation de textures différentes est primordiale si l’on ne veut pas que le rendu final soit trop lisse. Comme nous avons pu l’expliquer dans l’un de nos précédents articles, nombreuses sont les personnes à apprécier les intérieurs où le gris est fortement présent, pour les sensations d’apaisement et d’hibernation liées à cette couleur. Mais, au fil du temps, c’est une impression pesante qui prend le dessus, une sensation d’oppression qui affecte l’énergie mentale et peut conduire à un sentiment d’épuisement et de déprime. Dans la partie I de notre trilogie sur la couleur grise, nous avons évoqué les couleurs qui interviennent en complément idéal du gris, et comment des combinaisons harmonieuses peuvent laisser émerger des environnements gais et productifs.

Il est intéressant de comparer deux versions d’une même photo, l’une en couleur et l’autre en noir et blanc. En analysant l’image en noir et blanc, on remarque que le 32010 gris foncé 31 est mis en lumière de manière éclatante. De la même façon, la teinte 32060 ocre apparaît comme un blanc très puissant, et il est intéressant de voir comment la porte peinte en 32110 l’ocre rouge se confond parfaitement avec un gris foncé. Les deux images sont tout aussi impactantes et, curieusement, l'inclinaison linéaire de la cloison en plâtre qui affleure est beaucoup plus accentuée. La puissance des images lorsqu’elles sont affichées en niveaux de gris ne doit jamais être sous-estimée : elles sont intemporelles et peuvent être très impressionnantes.

Pour conclure, la nuance de gris, dont la dimension architecturale est puissante, reste une énigme. Le gris est une couleur neutre sophistiquée, apportant calme et tranquillité à beaucoup d’entre nous. Nous avons souligné le fait que l'un de ses principaux avantages est sa capacité à former une teinte de fond idéale, complétant des couleurs plus vives au sein d’un arrangement. Le spectre des gris va du froid au chaud, et il révèle une polyvalence incroyable dans de nombreux schémas. Le gris se décline en une myriade de nuances qui fonctionnent bien dans une quantité innombrable de décors, créant une multitude d'ambiances différentes. Ainsi, qu'il s'agisse de créer une tension dramatique en utilisant l’extrême le plus sombre du spectre, ou d’utiliser des gris plus froids pour créer une douce sensation de cocooning, ou encore d’opter pour le ton sur ton afin de rester sur un classique intemporel, vous pouvez donner libre cours à votre créativité en explorant la polyvalence du gris et de sa supposée neutralité. Vous déciderez peut-être tout simplement – et cette option est tout aussi pertinente – d’intégrer dans votre schéma et votre décor une galerie de photos en noir et blanc.

Lesen Sie weitere spannende Artikel :

La philosophie de la couleur dans l’architecture et le design – Le gris (Tout sur l’échelle des gris) – Partie III. »

La philosophie de la couleur dans l’architecture et le design – Le gris (Une histoire dorianesque)»



Commentaires

Pas de commentaires

Écrire un commentaire

* These fields are required


Vous pouvez également être intéressé par