©H.Kalthegener

La couleur, bien plus qu’une simple couche de peinture

Une contribution du Dr. HILDEGARD KALTHEGENER

Un résumé passionnant de la présentation qui a eu lieu à l’occasion de l'IMM de Cologne de janvier 2020, sur le thème : Colour doesn’t have to be flat paint! Current Colour and Material Trends for the Interior 2020+ (« La couleur peut être bien plus que de la peinture étalée ! Tendances actuelles en matière de couleurs et de matériaux pour le design d’intérieur de 2020 et au-delà »)

L’utilisation de la couleur dans le champ du design s’accompagne souvent de reproches concernant des effets d’une naïveté enfantine ou des résultats trop colorés. Même dans le cas d’une utilisation réussie de la couleur, on exige souvent une sorte de « justification ». Les utilisateurs finaux axés sur le design sont souvent férus d’architecture et leur approche du modernisme classique, c’est-à-dire à la fois des réalisations du Bauhaus et de celles de Le Corbusier, se résume souvent à un cliché essentiellement achromatique dans leur esprit. Très souvent une combinaison noir-blanc, saupoudrée éventuellement d’un peu de gris et de beige ; cela comprend les bâtiments en béton, en verre et en acier, les meubles en chrome et en cuir noir. Si quelque chose devient trop coloré pour le client, il s’agit rarement d’un point positif. Les couleurs de matériaux sobres, en revanche, sont tolérées, et même mieux que ça : elles sont appréciées. Ces couleurs paraissent attirantes et beaucoup plus agréables que les « couleurs de murs plates » que les architectes désapprouvent si souvent. Il existe de grandes combinaisons créatives de couleurs et de matériaux qui peuvent servir de base d’inspiration.


Depuis quelques années déjà, on assiste à une multiplication d’opportunités innovantes permettant l’utilisation de matériaux colorés, combinés selon une approche puriste avec les couleurs dites « neutres » ou, dans des optiques plus audacieuses, avec d’autres couleurs vives. (Fig.1) Avant, les robinets de cuisine et de salle de bain se présentaient presque toujours sous l’aspect brillant d’un chrome poli ; or, une visite au dernier salon ISH (grand rendez-vous mondial consacré aux systèmes d’eau, de chauffage et de climatisation) à Francfort a montré que presque tous les grands fabricants de robinets proposent désormais des revêtements PVD dans des gammes de couleurs déclinées avec finesse, allant du chrome et du nickel au French Gold légèrement grisé, en passant par l’or jaune très prononcé, ce dernier étant particulièrement apprécié en Europe de l’Est et dans les pays arabes. On trouve aussi des éléments en or rose, en bronze et en noir profond. Et toutes ces surfaces sont bien entendu proposées aussi bien sous des formes polies, brossées ou mates, parfois même sur des objets plus grands tels que comme des éviers de cuisine. (Fig.2)

Les lettres PVD font référence au processus de « Physical Vapor Deposition », relativement nouveau. Il consiste à déposer les métaux sous vide sur les surfaces de produits de taille plutôt petite. La méthode a d’abord été utilisée en génie mécanique (Fig.3) et pour les outils médicaux, par exemple pour rendre les forets à os ou dentaires encore plus résistants et pratiquement inusables, parfaitement protégés contre l’abrasion. La durabilité est optimisée et rien ne se détache. Des métaux de toutes les couleurs et même des surfaces avec des dégradés arc-en-ciel sont produits selon ce procédé. Si celui-ci a des vertus décoratives et se démarque par son côté très fonctionnel, il reste malheureusement encore relativement onéreux lorsque l’on souhaite y recourir pour un design d’intérieur. Dans le domaine de la joaillerie et de l’horlogerie, il peut cependant être considéré comme bon marché par rapport aux métaux précieux comme l’or et le platine.

Le designer britannique Tom Dixon a réussi à réunir les couleurs irisées de l’arc-en-ciel sous une forme organique, en travaillant à partir de verre, et c’est cette même association organique qui atteint un côté fascinant dans le cas de l’ensemble de bols en céramique faits main, imitant le rendu des oeufs roses et mouchetés de la caille d’Australie. (Fig.4)

  • ©Dr. Hildegard Kalthegener
  • Figure 1 : Collage Archiv Dr. H. Kalthegener: Basis Rijks Kleurenkaart de Sikkens AkzoNobel, avec Armatures de Grohe
  • Figure 2 : © Grohe
  • Figure 3: © Oerlikon Balzers
  • Figure 4: © Tom Dixon | Susan Simonini

Couleur et objets haut de gamme dans l’air du temps

Rado, en tant que fabricant haut de gamme de montres de précision suisses, est allé encore plus loin que le PVD. Pendant des années, la marque a mené des recherches méticuleuses pour réussir à produire non seulement des surfaces métalliques, mais aussi des boîtiers très colorés et aussi plats que possible, ainsi que des bracelets conçus entièrement en céramique. Il s’agissait là d’un objectif extrêmement ambitieux, d’autant plus que le matériau doit être cuit à des températures très élevées, pouvant atteindre jusqu’à 1 400 degrés Celsius, et qu’il faut cependant éviter que la couleur des pigments ne change. Le choix précis de la couleur était un élément très important et il a donc semblé naturel de consulter les experts des Couleurs Suisse pour le choix final. (Fig.5)

On peut sans hésitation décrire la montre Rado True Thinline comme une expression très raffinée de l’air du temps. Le modèle est proposé en édition spéciale dans neuf couleurs choisies parmi les 63 nuances de la Polychromie Architecturale de Le Corbusier. Bien évidemment, ces mêmes couleurs – l’orange vif (4320S) par exemple – peuvent aussi être utilisées par des clients travaillant dans le champ du design d’intérieur, sous forme d’un mur ou d’un carrelage en céramique, d’une peinture, d’éléments d’ameublement ou d’interrupteurs, par exemple. (Fig. 6)

Mais les interrupteurs classiques dégagent aussi une élégance toute particulière lorsqu’ils sont proposés en noir, et cela d’autant plus lorsqu’ils sont placés sur des murs colorés. (Fig. 7 à gauche) Et entre des murs ou des pièces de couleurs différentes, des « ruptures de couleurs » sont parfois nécessaires, mais il faut prendre garde à éviter les choix ennuyeux. À la fois très tendance et intemporelle en un sens, une nuance se rapprochant de la sauge ou de l’eucalyptus remplirait parfaitement ces conditions. (Fig. 7 à droite) Ces teintes expriment bien le calme tout en échappant à l’ennui, elles sont neutres mais pas impersonnelles. La sauge, ce vert pâle légèrement grisâtre défini par une grande compagnie du secteur de la chimie comme la couleur de l’année 2020, est également apparue dans un contexte classique. Pour célébrer son 200e anniversaire l’an passé, la chaise de café la plus vendue au monde et certainement la plus célèbre – une pièce de design classique signée Tonet – a été ré-éditée dans quatre nouvelles versions bicolores. L’un de ces nouveaux modèles est d’une couleur sauge mate, combinée avec du hêtre à la teinte claire et un siège en tissage viennois, pour reprendre le nom donné communément à ce type de paille tressée.

  • Figure 5 : © Rado
  • Figure 6 : ©Manufakt | Jung | Gigacer | Rado
  • Figure 7 : © Gisbert Pöppler

De nouveaux effets grâce à la combinaison de matériaux et de couleurs

Le tissage viennois ou le cannage – le « tissage canne », pour reprendre l’expresion usitée en anglais – consiste généralement en une sorte de confection en rotin ; la base est composée d’un matériau naturel et qui pousse de façon relativement rapide. Le matériau en question n’est pas seulement approprié pour la confection de meubles ; il peut aussi servir pour des collages photo haute résolution, qui participeront à un design mural ambitieux. (Fig.8) Les tons chauds du matériau peuvent équilibrer à la perfection les couleurs du paon déjà présentes sur le quadrant du cercle de couleurs et concrétiser un alliage entre modernité et tradition. On remarquera tout particulièrement la possibilité offerte aux spécialistes de restaurer la matière elle-même, créant à l’occasion des effets complètement nouveaux grâce aux combinaisons de matières et de couleurs. (Fig.9)

Le cannage est un sujet qui a intéressé Le Corbusier. Et notamment en lien avec le projet de Chandigarh, une ville imaginée pour le nord de l’Inde, conçue par le grand maître dans sa quasi intégralité, avec la collaboration de son cousin Pierre Jeanneret. En effet, c’est Le Corbusier qui a pensé le plan de la ville, sans oublier les quartiers gouvernementaux et l’ameublement. Les meubles des bâtiments gouvernementaux ont été conçus sur place par Pierre Jeanneret et ils sont pour la plupart solidement fixés dans les pièces à l’aide de vis. De nos jours, on peut repérer certaines pièces d’origine lors de ventes aux enchères. D’autres fois, on les aperçoit insérés habilement dans le décor moderne d’un influenceur très en vue. (Fig. 10) Bien entendu, il serait plus avantageux d’acheter ce type de meubles sous la forme de nouvelles éditions sous license, fabriquées par Cassina, concepteur italien de meubles haut de gamme, dans le respect des plus hautes normes de qualité et de l’esprit des deux célèbres cousins.

 

  • Figure 8 : © XLNL
  • [Translate to FR:] Abbildung 9 : Matthias Gaetiens
  • Figure 10 : P! Galerie | Pierre Jeanneret
  • Figure 11 : ©FLC/ADAGP - Fondation Le Corbusier

Le Corbusier, les couleurs et Chandigarh

Le Corbusier est bien connu de la plupart des amateurs de design et d’architecture pour ses meubles et ses bâtiments, lui qui, pendant des décennies, a consacré une demi-journée, tous les jours, à la peinture et à un travail intensif autour de la couleur. Au tout début de sa carrière, il a produit des modèles et des croquis poétiques, complètement différents de ce que l’on aurait pu attendre d’un des plus grands représentants du modernisme classique. Certains d’entre eux revêtent un côté ludique et dégagent un charme évident, presque romantique, comme s’il s’agissait de créations magiques destinées à trouver leur place dans les boules à neige Koziol. (Fig.11)

Dans les années 1950, l’habitude était plutôt aux dessins à angles droits, mais toujours assez petits et chargés de symbolique. On trouve l’application de ce modèle dans une peinture murale de la Cour de Chandigarh. (Fig. 12) Et si l’on poursuit la visite en allant regarder la salle de l’Assemblée du Parlement, on découvrira – un autre exemple atypique dans l’œuvre du célèbre architecte – un intérieur circulaire prenant la forme d’un dôme avec toute une série de lampes, de meubles et d’éléments acoustiques conçus tout spécialement pour cette salle, prenant un aspect sombre rappelant des nuages annonçant l’orage. On ne peut pas ne pas être impressionné par le jeu aux effets presque dramaturgiques qui voit le gris imposant de la partie supérieure dialoguer avec le jaune et le rouge, dans l’un des plus efficaces contrastes de couleur et de touches achromatiques qu’il puisse être donné d’observer. (Fig. 13) Il convient aussi de s’attarder sur l’entrée du bâtiment : la porte en acier émaillé a été conçue par LC, fabriquée en France et envoyée en Inde, un envoi assez spectaculaire, même si on se place au-delà des années 1950. Un élément particulièrement important et frappant est le jaune vif qui, dans l’hindouisme, symbolise les divinités Vishnu et Krishna. Ces derniers portent des vêtements jaunes et symbolisent la connaissance, la compétence et le développement intellectuel. Il est logique que cette nuance jaune puissante, bien que la dernière d'un total de 63 couleurs, ait trouvé sa place dans l’élargissement de la collection Corbusier en 1959. (Fig.14)

  • Figure 12 : © FLC/ADAGP | Manuel Bougot
  • Figure 13 : © FLC/ADAGP | Manuel Bougot | Roberto Marcatti
  • Figure 14 : © Les Couleurs Suisse | Les Couleurs® Le Corbusier

La couleur, bien plus qu’une simple couche de peinture

Mais, bien qu’elle soit très importante, nous ne voulons pas nous cantonner à l’Histoire du design. Jetons un œil du côté des réseaux sociaux, des blogueurs et des influenceurs, lesquels peuvent également changer notre approche de la couleur et des matières. Prenons l’exemple d’une certaine Madame Fenty, plus connue sous le nom de Rihanna. Avec un grand sens de la précision et du détail, elle a introduit entre 40 et 50 nuances dans le domaine du maquillage, tout d’abord pour Dior, puis par le biais de sa propre marque Fenty, sensibilisant de très nombreuses clientes aux différences de couleurs. Très vite, Rihanna a dépassé le seul champ du maquillage pour investir avec succès un autre terrain, plus large : celui des vêtements et des accessoires de mode, en créant par exemple des lunettes de soleil pour Dior et Fenty, toutes deux des filiales du groupe de luxe français LVMH. Ici, on trouve des modèles dont la forme constructiviste rappelle Laszlo Moholy-Nagy et le Bauhaus et, en raison de l’effet dichroïque des verres, ils apparaissent sans surprise comme un accessoire à la fois en harmonie avec la mode contemporaine et faits pour rester d’actualité dans le futur.

  • Figure 15 : ©ideaworkshop Mindvalley
  • Figure 16 : ©ideaworkshop Mindvalley
  • Figure 17 : ©aesop.com
  • Figure 18 : ©OMA Saks Fifth Ave

Il existe également de très beaux exemples de l’effet dichroïque dans l’architecture – un effet de profondeur créé par l’utilisation de deux tons de verre différents qui change en fonction de l’angle de vision. Citons-en simplement trois : le siège social de MindValley à Kuala Lumpur (Fig.15 + 16), le magasin Aesop de Miami (Fig.17) et le célèbre grand magasin de Saks Fifth Avenue (Fig.18), en face du Rockefeller Center à New York. L’architecte néerlandais Rem Koolhaas et son bureau OMA (Office for Metropolitan Architecture) ont été chargés de la rénovation du grand magasin , pour un résultat largement salué. Le principal élément qui attire le regard est le système d’escalator jouant avec des effets de couleur intelligents, créés grâce à un revêtement de film sur verre, qui se fond parfaitement dans le cadre empreint d’histoire. Mais le revêtement de sol du terrazzo constitue un autre élément très tendance et accrocheur, permettant la rencontre entre le patrimoine historique et le futur et, grâce aux différentes couleurs des pailettes, elle constitue un excellent point de départ pour l’ensemble de la palette de couleurs.

Des solutions innovantes comme la combinaison de couleurs avec la palette PVD ou le verre à effet dichroïque et les matériaux à forte connotation patrimoniale comme le tissage viennois ou le terrazzo ne sont que quelques possibilités parmi tant d’autres de combiner la couleur de manière intelligente, avec une vraie intention et non pas de manière naïve, en faisant un juste usage des matériaux. La couleur est bien plus qu’une simple couche de peinture que l’on étale ! C’est là votre devoir et notre devoir – ou plutôt une chance – que de penser des solutions créatives et de mettre au point des produits bien intégrés dans l’histoire, orientés vers l’avenir, basés sur la combinaison créative des couleurs et des matières.

 

Texte © Dr. Hildegard Kalthegener - http://www.farbstudio-kalthegener.de/

 

CV Dr Hildegard Kalthegener

 

Droits des photos et images

photo de couverture: Collage Archiv Dr. H. Kalthegener

  1. Collage Archiv Dr. H. Kalthegener: Basis Rijks Kleurenkaart von Sikkens AkzoNobel, eingefügt: Armaturen von Grohe
  2. Éviers de cuisine en PVD de Grohe
  3. BALINIT® CROMA d'Oerlikon Balzers, Liechtenstein 2020
  4. Bougie à l’huile parfum Matérialisme, conçue par Tom Dixon, Photo: Tomdixon.net et ensemble en céramique par Susan Simonini, www.susansimonini.com
  5. Montre en céramique True Thinline de Rado, Suisse 2019
  6. Exemples d’articles design en orange vif 4320S de la Polychromie Architecturale par Les Couleurs Suisse AG
  7. Interrupteur par Jung dans un appartement coloré conçu par l’architecte Architekt Gisbert Pöppler
  8. Fond d’écran Cannage, par XLNL
  9. Matthias Gaetjens, www.restauratoren-hamburg.de
  10. Mobilier tissé par Pierre Jeanneret, Photo: ©P! Galerie
  11. . Ornements géométriques, Crayon graphite, gouache et encre noire sur papier vergé ; Dimensions H : 0,243 m x L : 0,317 m, Non signé, non daté, 1904 Drawing FLC 1765 Paris. Photo : ©FLC/ADAGPhttp://www.fondationlecorbusier.fr/corbuweb/morpheus.aspx?sysName=home&sysLanguage=fr-fr&sysInfos=1
  12. Photo : Manuel Bougot ©FLC/ADAGP, Paris, 2019, pour l’ensemble des œuvres de Le Corbusier ; Étude pour tapisserie D – High Court Chandigarh (salle 4), 1954 Paris. Le Corbusier Foundation Fondation Le Corbusier
  13. Photo : Manuel Bougot ©FLC/ADAGP, Paris, et photo : Roberto Marcatti ©FLC/ADAGP, À l’ntérieur de la salle de l’Assemblée législative du Pendjab, Chandigarh
  14. Les Couleurs Suisse AG , Livre sur la Polychromie Architecturale, Ambiances de couleurs, 1959
  15. Siège social de la Mindvalley Kuala Lumpur, Photo: ideaworkshop
  16. Siège social de la Mindvalley Kuala Lumpur, Photo: ideaworkshop
  17. Aesop Store Miami, Foto: aesop.com
  18. Saks Fifth Ave, Manhattan; projet de rénovation de 250 millions conduit par OMA/Rem Koolhaas pour un magasin historique, Photo: OMA | Justin Bridges for Saks Fifth Avenue

 

Lire d’autres articles passionnants :



Commentaires

Pas de commentaires

Écrire un commentaire

* These fields are required


Cela pourrait également vous intéresser

Utilisation de cookies

Pour organiser notre page Web de manière optimale pour vous et pouvoir améliorer d'unefacon continue, nous utilisons Cookies. Quelques-uns de ces Cookies demandent votreapprobation catégorique. S'il vous plaît, êtes d'accord avec l'application de Cookies pourpouvoir utiliser toutes les fonctions de la page Web.