La Quatrième Dimension de Le Corbusier – Les arts visuels de l’« Atelier de la recherche patiente »

Le Corbusier compte incontestablement parmi les architectes majeurs du 20ème siècle, mais l’architecture n’était pas l’unique passion du grand maître : pendant plus de 40 ans, il s’est appliqué à écrire, dessiner, peindre et sculpter tous les jours, en consacrant une demie journée complète à ces activités. Dans son « Atelier de la recherche patiente », comme il l’appelait, il a réussi à transposer son processus de pensée visuelle dans son œuvre d’architecte.

Le Corbusier comparait son cheminement artistique avec un voyage dans une « quatrième dimension miraculeuse ». Cette dénomination laisse également entrevoir tout un monde qui se trouve au-delà de l’image habituelle de l’architecte et urbaniste influent et controversé : bien que les réalisations de Le Corbusier en tant qu’architecte soient, en règle générale, données comme des exemples du rationnalisme et du fonctionnalisme, on oublie souvent que l’expérience libre et les éléments irrationnels sont les composantes essentielles de son travail.

Au travers de l’exposition « La Quatrième Dimension de Le Corbusier » présentée actuellement, le Cobra Museum voor Moderne Kunst d’Amstelveen (Pays-Bas) met en lumière le caractère multi-dimensionnel de Le Corbusier – avec des dessins, peintures, tapisseries et autres objets originaux, pour certains jusqu’ici jamais présentés au grand public.

Nous avons eu l’opportunité de nous entretenir avec Hilde de Bruijn, commissaire de l’exposition. « Avec cette exposition, le musée Cobra souhaitait porter un regard au-delà de l’image habituelle de l’architecte de renom. Nombre de ses dessins et autres travaux sont exposés en partie pour que le public puisse mieux réaliser combien son œuvre artistique nous livre des informations et éclaire ses réalisations en tant qu’architecte », explique la commissaire. Ses dessins et ses peintures ont aussi joué un rôle important dans la recherche de formes et motifs architecturaux. Un autre aspect de l’exposition met en avant le chronologie de la réalisation des différentes œuvres. Madame de Bruijn explique qu’au fil du temps, Le Corbusier a commencé à travailler de manière plus libre et à expérimenter des choses avec la couleur.

 


« Avec cette exposition, le musée Cobra souhaitait porter un regard au-delà de l’image habituelle de l’architecte de renom. Nombre de ses dessins et autres travaux sont exposés en partie pour que le public puisse mieux réaliser combien son œuvre artistique nous livre des informations et éclaire ses réalisations en tant qu’architecte »

 

– Hilde de Bruijn, Conservateur Cobra Museum voor Moderne Kunst –


 

Madame de Bruijn souligne que les œuvres sont un prêt de la Fondation Le Corbusier et ont été sélectionnées en étroite collaboration avec le Professeur Danièle Pauly, spécialiste de l’art de Le Corbusier. L’artiste contemporain Jakob Kolding, originaire du Danemark, a joué lui aussi un rôle clé en créant une interaction entre ses silhouettes en bois grandeur nature et le travail de Le Corbusier, avec son installation-collage « Corbulation ». « Corbulation » fait se rencontrer les différentes positions contenues dans le travail de Le Corbusier, chez l’artiste Cobra et dans la perspective de Kolding. Dans le même temps, le visiteur devient partie prenante de la « scénographie performative » de Kolding.

 

Quatre Dimensions dans la droite lignée de la Polychromie Architecturale

Le Cobra Museum met en relief le caractère multi-dimensionnel du travail de Le Corbusier, en suivant quatre thèmes – quatre dimensions :

  • architecture
  • plan and play
  • the human body
  • order versus chaos.

Les murs portant chaque thème, de même que les socles et le mur d’introduction, sont peints avec six couleurs originales de Le Corbusier, choisies avec soin parmi la collection de 1931.

 

  • Le mur d’introduction, avec son texte informatif, dans la nuance dynamique 32102 rose clair.

  • Le thème de l’architecture présenté sur un puissant 32030 bleu céruléen.

  • Les œuvres de Le Corbusier sur un mur lumineux, en 32031 céruléen vif, pour le thème plan and play.

  • Le vert riche de la teinte 32050 vert foncé a été retenu pour le thème the human body.

  • La salle réservée au thème order versus chaos est imprégnée d’une teinte très aérienne, le 32013 gris clair 31.


« Exposer ses oeuvres sur ses propres couleurs, c’est un peu comme un cercle qui se referme sur lui-même. »

 

– Hilde de Bruijn –


 

Madame de Bruijn ressent un réel plaisir lorsqu’elle travaille avec les couleurs Le Corbusier : « Les deux collections offrent des possibilités innombrables pour combiner les couleurs. Nous avons été très impressionnés par le fait d’avoir choisi une couleur qui non seulement crée un certain lien avec le passé, mais est aussi très contemporaine. Exposer ses oeuvres sur ses propres couleurs, c’est un peu comme un cercle qui se referme sur lui-même. » La commissaire de l’exposition explique que les couleurs de la Polychromie Architecturale utilisées ajoutent une nouvelle dimension à l’exposition. « Nous voulions choisir des couleurs permettant aux œuvres de respirer et de se refléter. Par ailleurs, les couleurs doivent pouvoir faire rayonner leurs propres nuances. Nous avons réussi ce pari, avec des couleurs merveilleuses. Au cours de la phase de recherche des couleurs, nous avions besoin de déterminer si les couleurs jouaient au détriment des œuvres ou les renforçaient, et si le contraste avec chaque œuvre était suffisant. » Les couleurs ont également un effet psychologique subconscient sur le spectateur : les tonalités choisies ont été disposées de telle sorte que le spectateur ressente la profondeur de la salle. La façon dont les couleurs agissent sur les œuvres est un autre élément-clé de l’exposition.

 

 

  •  

L’installation-collage « Corbulation » de Jakob Kolding donne à voir des silhouettes en bois grandeur nature, placées sur des socles dans les différentes salles de l’exposition. Les socles sont recouverts de la teinte 32010 gris foncé.


La couleur crée des dimensions

Hilde de Bruijn est convaincue que la couleur peut créer de nouvelles dimensions et, en plus d’avoir des effets sur l’humain, qu’elles peuvent agir surtout et avant tout sur l’espace. « Le système de couleurs de Le Corbusier, la Polychromie Architecturale, est née de son travail créatif en tant qu’artiste. Je crois que son art et que son travail créatif n’ont pas seulement influencé, de manière concrète, les couleurs, mais aussi la théorie en elle-même. Le Corbusier était persuadé que la couleur créait des effets spatiaux. Je suis certaine que la plupart des architectes, designers d’intérieur et designers d’espaces de vente sont d’accord avec lui. »

 

Les peintures originales de Le Corbusier utilisées pour les murs et les socles de l’exposition ont été fournies par Keim Nederland BV.
KEIMFARBEN est le fabricant officiel pour Les Couleurs® Le Corbusier, pour tout ce qui concerne les murs de nature minérale et la peinture pour façades.

 

L’exposition « La Quatrième Dimension de Le Corbusier » peut être vue jusqu’au 7 janvier 2018 au Cobra Museum of Modern Art à Amstelveen (Pays-Bas).

 

Photos ©Peter Tijhuis / Cobra Museum voor Moderne Kunst


Écrire un commentaire

* These fields are required

Commentaires

Pas de commentaires

Cela pourrait également vous intéresser

Utilisation de cookies

Pour organiser notre page Web de manière optimale pour vous et pouvoir améliorer d'unefacon continue, nous utilisons Cookies. Quelques-uns de ces Cookies demandent votreapprobation catégorique. S'il vous plaît, êtes d'accord avec l'application de Cookies pourpouvoir utiliser toutes les fonctions de la page Web.